En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus Fermer
   

Bloc - Centenaire de l'Armistice de 11 novembre 1918

Bloc de 2 timbres gommés

  • Poids maximum : 100g
  • Destination de l’envoi : Monde
  • Réf. 1118098
Disponibilité M'avertir avant la date de retrait du produit
Livraison offerte à partir de 25€Paiement sécurisé
COMPLÉTEZ VOTRE ACHAT

Description détaillée : Bloc - Centenaire de l"Armistice de 11 novembre 1918

Le 7 novembre 1918, des plénipotentiaires allemands franchissent les lignes françaises pour négocier la fin des combats. Conduits nuitamment dans une clairière de la forêt de Compiègne, à proximité de Rethondes, les négociateurs ennemis sont reçus avec sévérité, le 8 au matin, dans le wagon-salon du maréchal Foch. Ce dernier leur donne 72 heures pour accepter les conditions des Alliés. Le 11 novembre, à 5 h 12 du matin, l’armistice est signé. Il prendra effet à 11 heures. Foch quitte alors la clairière de Rethondes après avoir posé pour une photo qui immortalise l’événement. Dans la serviette de cuir vert qu’il tient sous son bras gauche, il a placé le texte par lequel l’Allemagne reconnaît sa défaite. Aussitôt averti, le président du Conseil, Georges Clemenceau, pleure silencieusement. C’en est donc fini de la grande boucherie, et la France est victorieuse.

Sur le front, où les combats font rage jusqu’à la dernière minute, pas de manifestation de joie exubérante, juste un grand soulagement, presque un ahurissement. À Paris, comme dans les grandes villes de France, au contraire, c’est une scène extraordinaire. À 11 heures, les cloches des églises se mettent à sonner à toute volée, les sirènes des usines et des pompiers leur répondent et la foule envahit les rues, chante à tue-tête la Marseillaise et brandit les drapeaux alliés. On s’embrasse, on pleure et on rit à la fois. Des cortèges s’improvisent, on frappe sur des casseroles, on brûle des mannequins à l’effigie du kaiser Guillaume II et les villes se pavoisent des trois couleurs. Avec la victoire, c’est la mort de la guerre que l’on fête : il n’y en aura plus jamais d’autres, croit-on.

Clemenceau, surnommé le « Père la Victoire », est moins enthousiaste. Il confie : « Nous avons gagné la guerre ; maintenant il va falloir gagner la paix, et ce sera peut-être plus difficile. »

CaractéristiquesBloc - Centenaire de l'Armistice de 11 novembre 1918

  • Auteur CUVILLIER Damien
  • Date d'émission 12/11/2018
  • Destination autorisée Monde
  • Nombre de timbre 2
  • Présentation du produit Bloc
  • Poids maximum de l'envoi 100
  • Thématique Guerre
  • Mode de collage gommé
  • Validité permanente Non
  • Zone de validité Au départ de la France métropolitaine vers la France, Andorre et Monaco.
    Au départ de la France métropolitaine vers les DOM et inversement.
    A l'intérieur des DOM

PUBLICITE

Caractéristiques avancéesBloc - Centenaire de l'Armistice de 11 novembre 1918

  • Mentions légales création Damien Cuvillier d'ap. photo Bridgeman images. Mise en page Bruno Ghiringhelli
  • Nombre de timbre par feuille 1
  • Famille Le timbre commémoratif
  • Dimensions (L*l ou L*l*h) en mm BLOC 130x85mm; TP 40.85x30mm
  • Technique d'impression Héliogravure